Le business plan : un document clé de la réussite pour une levée de fonds

 

 

Une étape à ne pas négliger pour obtenir une levée de fonds,  est l’établissement d’un business plan. C’est ce document qui justifie la maturité de votre projet. Ce document servira de base sur lequel les parties prenantes vont travailler. Ce dernier subira des modifications au fur et à mesure des réunions faites. Les premiers mois, on ne respecte pas toujours son business plan, alors on rédige une V1 au bout de quelques mois mais il pourrait encore avoir encore plusieurs autres versions avant l’obtention de la version finale. Ce qui n’est pas une mince affaire ! Mais il le faut si on veut obtenir un bon business plan. De plus, se projeter à 3 ans n’est pas toujours facile. Il faut donc savoir que rédiger un business plan peut prendre beaucoup de temps car il doit se refaire plusieurs fois. Pour vous faciliter la tâche et parfaire votre dossier, il est conseillé de requérir les services d’un professionnel comme Alto Avocats.

 

Les caractères qu’il faut avoir pour réussir son business plan

 

Le plus difficile pour un entrepreneur, c’est le manque de recul. Une erreur qui se constate régulièrement est de rédiger un business plan incompréhensible car se voit trop technique. Il faut alors prendre du recul lors de la rédaction de votre business plan.  Une autre erreur est d’être trop ambitieux. Il faut être réaliste car cela pourrait de suite casser la confiance que l’investisseur peut donner à votre projet. Cependant, il faut pouvoir démontrer que sur le long terme le projet aura un succès car sachez que l’investisseur veut de la croissance et de la rentabilité.

 

 

Le teaser du business plan pour gagner un rendez-vous

Il est à noter les investisseurs ne lisent pas le business plan en entier. Cela s’explique par le fait qu’ils reçoivent plusieurs dossiers par semaine, voire par jour. En général, ils lisent seulement 2 pages. Ce qui ramène à la difficulté du travail. Il faut tout résumer en deux pages, comme dans un CV. On ne peut pas tout énoncer dans un CV. Le but du CV est d’obtenir un rendez-vous. Il faut tout faire pour attirer l’attention du lecteur. Un CV de 10 pages, personne ne le lira du début jusqu’à la fin. C’est le même cas pour le teaser. C’est à la lecture des 6 premières que l’investisseur jugera de vous donner ou non le premier rendez-vous. C’est lors de ce premier rendez-vous que le financeur vous posera des questions. Mais si le teaser peut déjà répondre à quelques unes de ses questions c’est déjà mieux.